Avoir 5 ans, à nouveau – Parler

Art02_B&W_BandeV_fondBlanc_MecVesteRouge

© Julien Sneck

Tu cherches un moyen de remonter le temps, de retrouver ta jeunesse perdue derrière un ordinateur ou dans les trop longues heures de métro ? C’est possible… (Ouh, là, j’ai ferré le lecteur). Attention, on garde le cheveu blanc et la fesse ramollie. (Hop, le lecteur est reparti sur google).

En réalité, ce n’est pas ta jeunesse que tu retrouves, mais ton enfance. Et uniquement du point de vue de tes capacités intellectuelles et de ton autonomie. Cette cure de jouvence incroyable, qui te laisse dans ton corps décati mais avec le cerveau d’un morveux, n’est autre que…ton premier mois d’une expatriation. Chouette, hein ?!!

Il faut réapprendre à parler

Quand tu pars vivre à l’étranger, en général, tu es amené-e à parler une autre langue. Au début, tel le petit enfant aux joues roses qui émerveille par sa naïveté, tu t’exprimes avec la profondeur conceptuelle d’une huître. Le manque de vocabulaire te contraint la plupart du temps à abandonner ta phrase à mi-chemin, le visage tordu par l’effort. Ou à tenir des propos d’une imprécision telle qu’ils sont complétement dépourvus d’intérêt.

Ton interlocuteur, qui remarque plus le résultat déplorable que l’effort fourni, sourit gentiment et saisit la première occasion d’aller « chercher quelque chose à boire » c’est-à-dire de s’enfuir sans retour!!!!!! Tu te retrouves frustré-e de devoir garder pour toi ton opinion profonde et documentée sur l’état du monde en général ou sur la Phénoménologie de l’Esprit en particulier. Et ça te frappe : ce mec doit penser que tu es un-e parfait-e idiot-e. Merde, toi qui te pensais super smart.

Sois poli-e, ne parle pas politique

Ben ouais, va falloir s’y habituer : tant que tu feras principalement des phrases composées d’un sujet, d’un verbe et d’un complément, mieux vaut éviter de parler de politique. La pauvreté de vocabulaire et par conséquent de nuance ferait passer le plus centriste d’entre nous pour un nazi (j’ai testé pour vous sur le sujet de l’immigration en France, je me suis moi-même trouvé un air de ressemblance avec Jean-Marie Le Pen). La politique, c’est pas de ton âge !

Il te faudra aussi réapprendre la politesse. La plupart du temps concentrés sur le fait de transmettre correctement l’information, on en oublie de mettre de l’huile dans les rouages. Adieu les « bonjour », « s’il vous plait », « serait-il possible de ».  Ca fait des phrases trop longues pour que ton cerveau transmette toutes les informations à ta langue sans qu’un bug se produise.

Du coup, tu t’accroches à ton kit de survie, tu réduis tes échanges au strict minimum ce qui te rend, de l’extérieur (car à l’intérieur tu es un nounours en sucre d’orge dégoulinant d’amour), aimable comme une porte de prison.

Ça va bien se passer !

Mais je te rassure, jeune expatrié-e, ça ne dure pas. Le cerveau a une plasticité merveilleuse et tu vas apprendre, t’imbiber comme une éponge du bain linguistique dans lequel tu trempes (mais non, c’est pas dégueu comme image). Et telle la chrysalide qui se transforme en papillon, tu vas t’épanouir, retrouver de l’agilité linguistique et intellectuelle. Un beau jour, tu te lèves et tu marches tu vas au boulot.Tu t’exprimes avec grâce, facilité. Tu convaincs tes collègues qui te redécouvrent tant tu es clair-e et percutant-e. Le miracle a eu lieu.

Et surtout n’oublie jamais, jeune Frenchy : ton accent est ta plus grande force. Dans la plupart des pays du monde, l’accent français est un véritable atout de séduction. Il nous confère un charme certain auprès de l’autochtone, gavé dès son plus jeune âge de clichés, navrants certes mais (au diable l’honneteté intellectuelle) bien pratiques dans notre situation d’expats. Cet écran de fumée peut faire oublier bien des maladresses, et ce dès le premier jour sur le terrain !

A la guerre, comme à la guerre, il faudra tirer parti du fantasme qu’inspire la France…et s’armer de patience à ton tour, lorsque les gens insisteront pour partager avec toi leurs 3 mots de Français : « J’adowe Parisssss! », « Oulala! », « je-ne-sais-quoi ».

Publicités

À propos de jetlagandcomplications

Anna écrit. Julien dessine. Dans la vraie vie, ils ont des « vrais » métiers. Mais en ce moment, ce n’est pas vraiment la « vraie » vie. En ce moment, Anna et Julien sont expats. Ou plutôt conjoints d’expats. Ils ont suivi leurs brillantes moitiés qui se sont vues offrir de belles perspectives de carrière à l’étranger. Julien a suivi son chéri et Anna le sien. Et eux ? Ben, bof. Perdus dans le dédale administratif, ils attendent d’avoir le droit de travailler. Voilà 1 an qu’ils attendent, 1 an de rêveries, de découvertes, de hauts et de bas. Aujourd’hui, ils investissent leur surplus d’énergie (et un peu de leurs frustrations aussi) dans ce blog et partagent avec vous leur « merveilleuse » expérience de la vie à l’étranger! Voir tous les articles par jetlagandcomplications

12 responses to “Avoir 5 ans, à nouveau – Parler

  • Christian

    C’est pertinent! Je l’ai expérimenté quand j’ai été « expatrié » dans une entreprise américaine…

    J'aime

  • jetlagandcomplications

    Merci, Christian. Maitriser la langue, c’est avoir le pouvoir! On oublie un peu le contrôle et l’agilité que l’on a dans sa langue maternelle. Ça vous revient comme un boomerang quand il s’agit de parler une langue étrangère au quotidien. On perd beaucoup de nuance, de précision, de bagout et d’humour (le plus triste à mon sens). Ca vient avec le temps et une infinie patience!
    A.

    J'aime

  • Hélène

    Salut, je suis impressionnée tant par les textes que les dessins, il y a comme un air de bande dessinée.
    Si vous voulez garder des lecteurs non expatriés, faites nous aussi rêver sur les côtés positifs de votre expérience.
    Au plaisir de vous lire….

    Aimé par 1 personne

    • jetlagandcomplications

      Merci pour le conseil, Hélène.
      Et il est vrai qu’il y en a beaucoup, mais ça ne vient pas sans un certain coût. J’espère qu’on arrivera à transmettre à travers les articles le fait que l’expérience est très intense dans les instants de bonheur comme les coups durs. Le blog par son existence témoigne du fait que tout plaquer, ça ouvre un monde de possibilités jamais explorées jusque-là. Ni Julien, ni moi n’avions jamais osé penser qu’on pourrait avoir un projet de ce type. Et aujourd’hui, nous voilà. Ça, c’est un sacré motif de rêverie, je trouve !
      A.

      J'aime

  • alice

    Bonjour,
    et bravo pour ce blog élégant et amusant!
    Dites-donc, ça a l’air un peu dur, votre atterrissage…
    Sur la question de la langue: j’ai passé deux ans à Londres, je suis hyper d’accord avec vous deux; mais EN PLUS, j’ai trouvé qu’à force de ne pas s’exprimer en subtilité, ma pensée s’appauvrissait… en gros, moins tu parles intelligemment, moins tu es intelligente. Réjouissant, non?
    Mais à la fin, le happy end, tu retrouves ton humour et tes nuances en anglais avec, en plus, ton petit accent frenchie qui fait des merveilles!

    Aimé par 1 personne

    • jetlagandcomplications

      Tout à fait d’accord avec toi, Alice. Je me rappelle très clairement m’être sentie soudainement beaucoup intelligente après une semaine passée en France car je pouvais à nouveau avoir des discussions d’une profondeur respectable en Français. J’avais oublié que j’étais capable d’élaborer un discours de manière aussi construite, précise et percutante. Mon cerveau était reconnaissant et heureux!
      A.

      Aimé par 1 personne

  • Jeff

    « Our road is straight but the slope is steep »

    Bravo pour ce blog très bien écrit et illustré
    JF

    Aimé par 1 personne

  • jetlagandcomplications

    Certains d’ entre vous ont peut-être remarqué que les commentaires de Jetlag avaient été likés… par Jetlag.
    On ne s’est pas auto-liké mais liké entre nous (Julien et moi). Nuance subtile et cependant significative! Bref, il faut qu’on ait un compte chacun, sinon tout devient très bizarre.

    A.

    J'aime

  • Vinziane (@Vinziane)

    Bravo! Tellement de mots et d’expressions à enregistrer avant de pouvoir révéler ta vrai personnalité! C’est vrai que c’est assez frustrant mais très motivant!

    J'aime

    • jetlagandcomplications

      Et oui! Honnêtement, la frustration est de moins en moins présente. Heureusement, le temps fait son oeuvre et, mécaniquement, le niveau de langue s’améliore. Ceci dit, j’ai toujours un peu cette impression de ne pas être la même personne en Anglais et en Français parce que je ne dis pas forcément les mêmes choses, pas forcément de la même façon. C’est qqch d’assez personnel au final : certaines personnes ont un niveau d’expression exécrable et ça leur suffit pour ce qu’ils ont à dire ;P

      J'aime

  • Marie-ange

    Merci! Vous m’avez bien fait rire!
    Je suis actuellement en Caroline du sud pour un mois et j’ai effectivement 5 ans vocabulairement parlant….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :